04-08 septembre 2020 / 22-26 janvier 2021


Navigation version Desktop



Contenu de la page


Laureline Galliot

Hall 6

Laureline Galliot © Nodus

Description

Rising Talent Awards / France — Paris | 17-21 janvier 2020

Après l’Italie, le Liban, la Chine et les Etats Unis, les Rising Talent Awards distinguent 5 designers et un duo français, nommés par un Jury prestigieux, avec le parrainage du ministère de la Culture français.

Participants

Laureline GalliotDesigner

Laureline Galliot

Designer

Après avoir étudié le design textile à l’ENSAAMA , Laureline choisit d’étudier le design produit. (Un stage de 6 mois chez Marc Newson lui confirme sa volonté d’alimenter un profil pluridisciplinaire et elle sort diplômée de l’ENSCI les ateliers avec les felicitations du Jury en 2012 pour son projet “ digital crafts”. Influencée par sa pratique intuitive, compulsive, tactile de la peinture sur Ipad, Laureline Galliot explore les nouvelles formes de picturalités offertes par les logiciels de peinture et sculpture virtuelles découverts lors d’une expérience professionnelle chez Disney Research lab ( Pittsburgh, Etats Unis) Combinés à une imprimante 3D, ils lui permettent notamment de produire des objets directement peints en trois dimensions donnant naissance à une nouvelle forme de “chalkware”; artisanat du plâtre. Elle est lauréate du prix de design de vase à la villa Noailles en 2013. Son travail est exposé dans des musées et Centres d’Art tels que le Swiss Institute de New York, le Mudam au Luxembourg, la galerie SEEDS à Londres, le Madd à Bordeaux, le Centre Pompidou et plus récemment le MAD, Musée des arts décoratifs de Paris qui fait l’acquisition de « Teapot » en 2019. A ce jour, le Cnap compte huit des ses pièces dans ses collections dont une peinture numérique, 4 impressions 3D et 2 tapisseries. Depuis 2015, elle conçoit des designs pour tapis édité par le fabricant italien Nodus Rug, développe des séries de textiles avec des fabricants autrichiens, italiens et japonais ( dans le cadre de sa résidence à la villa Kujoyama encadrée par L’institut français et la fondation Bettencourt Schueller, Kyoto, 2017). Aujourd’hui elle collabore avec la fondation Rubis Mécénat dans le cadre d’un projet du développement d’artisanat autour de plastiques recyclés à Madagascar.

Laureline Galliot
Nommée par le directeur de l’école Camondo, René-Jacques Mayer.

Laureline Galliot a suivi une formation de danseuse et de coloriste textile avant d’étudier le design à l’ENSCI-Les Ateliers à Paris. Elle utilise un iPad et un logiciel de réalité virtuelle initialement conçu pour l’industrie du film d’animation pour donner naissance à des objets qu’elle crée en sculptant la couleur. Quatre de ses créations ont déjà figuré dans la collection design du Centre national des arts plastiques à Paris.

Quelle est la place de la couleur dans votre travail ?

J’ai fait des études en textiles à l’ENSAMAA et du coup, ça m’a plu de me dire que je pouvais réinjecter tout ce bagage de culture de la couleur dans l’objet, surtout que ce n’est pas très abordé dans la création industrielle, dans tout ce qui est production en série. C’est plutôt blanc, gris et noir, parce que ce sont les couleurs les moins chères. J’ai créé une pratique entre design et peinture parce que ce qui m’importait, c’est que la couleur soit au centre. En fait, c’est un renversement de paradigme. C’est se dire que la couleur n’est pas une finition mais plutôt un matériau.

Comment travaillez-vous exactement ?

Ça a commencé sur l’iPad, mais mon fantasme ultime c’était de pouvoir peindre en 3D, et j’y suis parvenue avec les logiciels de réalité virtuelle que j’ai découverts au Disney Research Lab aux États-Unis. Là-bas, ils s’en servaient pour faire les petits personnages de dessins animés. C’est une sorte de Photoshop en trois dimensions. Je mets un casque et je me munis d’une manette afin de peindre dans un espace virtuel. C’est ainsi que je suis arrivée à concevoir des objets en pleine gestuelle. C’est très agréable puisqu’on peut dessiner des objets tout de suite en échelle autour de soi. C’est un rapport qui n’est pas contraint par l’écran. Ensuite, j’appuie sur un bouton et les imprime tout simplement.

Vous avez indiqué faire des objets qui sont comme « un manifeste pour accepter le difforme ». Pouvez-vous développer ?

Ça, j’y tiens beaucoup. Je suis particulièrement passionnée par les dérives de l’industrie, jusque dans l’alimentaire. Les principes de standardisation d’une forme. Il fallait de belles formes qui soient facilement moulables. Et au final, on a commencé à produire des légumes de la même façon. Il faut qu’ils présentent tous des formes géométriques parfaites. Il n’y a plus de place pour l’aléatoire. Moi, j’ai envie de dire qu’il faut rééduquer le regard à quelque chose de plus organique et de moins industriel, le but ultime serait de moins rechercher la rigueur.


Bandeau Newsletter


Restez informé, on vous dit tout !

Maison&Objet, c’est aussi 4 newsletters au choix, à consommer comme vous aimez pour nourrir votre inspiration et votre curiosité.

MÉTIERS D’ART

Sélectionnez les newsletters à recevoir

Les informations personnelles renseignées sur ce formulaire sont recueillies sur la base de l'intérêt légitime et enregistrées dans un fichier informatisé par SAFI (8 rue Chaptal CS 50028 75442 Paris cedex 09 France). Elles sont nécessaires pour vous fournir les services proposés sur nos plateformes. En vous inscrivant, vous êtes également susceptible de recevoir des informations pratiques ou promotionnelles relatives à nos activités (MAISON&OBJET, MAISON&OBJET PARIS, MOM – MAISON&OBJET AND MORE, PARIS DESIGN WEEK). Vos données personnelles peuvent être utilisées conformément à la Politique de confidentialité de SAFI. Pour toute précision sur la collecte et le traitement de vos données personnelles, nous vous invitons donc à consulter la notice Politique de Confidentialité.
Conformément au Règlement Européen pour la protection des données personnelles (UE) 2016/679 – RGPD et, autres loi de protection des données, vous bénéficiez d'un droit d'accès, d'opposition, d'effacement et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en contactant SAFI à l'adresse e‐ mail suivante : exercervosdroits@safisalons.fr

Voir plus

Merci ! Et à bientôt dans votre boîte mail