22-26 janvier 2021 10-14 septembre 2021


Navigation version Desktop



Contenu de la page


Talents & Awards / Carlos Moreno, théoricien de la ville de demain

Carlos Moreno, théoricien de la ville de demain

Publié le 3 octobre 2020 Partagez

carlos

Ce chercheur révolutionne l’emploi du temps des habitants des grandes métropoles mondiales. Pour lui, nous devrions tous travailler, ou nous distraire, à moins de 15 minutes de chez nous. « La ville du quart d’heure », utopie ou futur proche ?

Ce matin, à 6 heures, Carlos Moreno relisait les épreuves de son prochain livre*. Ce soir, il dîne avec ses collègues chercheurs. Entre-temps, il sera intervenu dans une conférence en Espagne, aura rencontré des promoteurs immobiliers à Paris, puis « Skypé » avec le maire adjoint de Milan et « Zoomé » avec Londres. Ce spécialiste des systèmes complexes et de l’innovation est chercheur, et a été un multi-entrepreneur. Son sujet ? La ville plus intelligente et plus humaine. La crise sanitaire mondiale du Covid-19, avec son cortège de télétravail et de réorganisation de l’espace, a boosté l’intérêt pour ses recherches.

D’origine colombienne, Carlos Moreno est arrivé en France à 20 ans, avec 100 dollars en poche, en tant que réfugié politique. Professeur universitaire de réputation internationale, il est co-fondateur et directeur scientifique de la Chaire « Entrepreneuriat, Territoire et Innovation » à l’IAE de Paris, Université Paris1 Panthéon Sorbonne. Il préside, entre autres, le think tank « Live in a Living City ». En 2010, l’état français le décorait de la Légion d’honneur et en 2019, l’Académie d’Architecture lui décerne la Médaille de la Prospective. Il y a six ans, il théorisait sa vision de l’agglomération du futur : « la ville du quart d’heure ».  Une ville polycentrique où il serait possible d’habiter, de travailler, de se soigner, de se ravitailler, de s’éduquer et de trouver ses loisirs à moins de quinze minutes de chez soi. En désencombrant l’espace public de la foule en déplacement pour se rendre au bureau, en économisant du temps de transport, on ferait d’une pierre deux coups : répondre à l’urgence climatique, et redonner du bien-être aux urbains, l’homme étant au cœur des préoccupations. Il a toujours oeuvré pour tisser des liens entre des mondes qui souvent s’ignorent, des liens entre des chercheurs, des collectivités publiques, des pionniers de la net-économie, des financiers et des industriels. Il conseille  également la maire de Paris, Anne Hidalgo. Son rayonnement est mondial : toutes les grandes métropoles sont confrontées aux mêmes mutations, au même étouffement. 

Le 10 septembre dernier, il expliquait en détail la genèse de sa « Ville du quart d’heure », lors d’une conférence  pour le lancement de l’initiative ReSPACE. Initiée par Maison&Objet, Morning (co-working, événements et aménagement) et Fabernovel (conseil en développement numérique), ReSPACE fédère une communauté de réflexion sur l’emploi du temps et de l’espace dans le monde du travail. ReSPACE pose clairement la question : pourquoi a-t-on besoin de se retrouver au bureau ? Peut-on se réinterroger sur leur organisation, leur design et leur situation géographique ? Le temps est au cœur du sujet, le chrono-urbanisme. «  Pourquoi dois-je me déplacer une heure matin et soir ? Pourquoi suis-je toujours à la bourre ? » se demande le chercheur qui l’explique ainsi : nos sociétés sont encore régies par le modèle tayloriste avec encore maintenant une organisation du temps du XXème siècle, malgré la révolution numérique et la désindustrialisation. On nous demande de travailler en présentiel au bureau comme on irait à l’usine, alors que nous sommes majoritairement dans une société de service. Les employés s’entassent dans le métro ou sur les périphériques des grandes métropoles. «  On nous a volé le temps de la création, le temps de l’intimité, au profit du temps de production » déplore Carlos Moreno, qui milite pour une ville vivante, chaleureuse et solidaire. Il prédit la fin des tours de bureau, qui ces jours-ci sont devenus des « ghost-buildings ». Le télétravail à domicile se généralisera-t-il pour autant ? Il n’y voit pas la solution. Durant le confinement, chacun a dû travailler chez soi avec les moyens du bord, résume le chercheur. On nous vole encore un temps d’intimité dans notre propre salle à manger. Il réfléchit avec de grands groupes de BTP à des bâtiments de taille plus modeste, végétalisés, où les usages se mélangeraient entre business, culture, services et commerce.  On y trouverait des espaces de travail délocalisés, plus proches des collaborateurs, où l’on irait à pied ou à vélo. Le grand défi ne fait que commencer.

*Droit de cité, de la ville monde à la ville du quart d’heure. Editions de l’Observatoire. 


Bandeau Newsletter


Restez informé, on vous dit tout !

Maison&Objet, c’est aussi 4 newsletters au choix, à consommer comme vous aimez pour nourrir votre inspiration et votre curiosité.

M É TIERS D’ART

Sélectionnez les newsletters à recevoir

Les informations personnelles renseignées sur ce formulaire sont recueillies sur la base de l'intérêt légitime et enregistrées dans un fichier informatisé par SAFI (8 rue Chaptal CS 50028 75442 Paris cedex 09 France). Elles sont nécessaires pour vous fournir les services proposés sur nos plateformes. En vous inscrivant, vous êtes également susceptible de recevoir des informations pratiques ou promotionnelles relatives à nos activités (MAISON&OBJET, MAISON&OBJET PARIS, MOM – MAISON&OBJET AND MORE, PARIS DESIGN WEEK). Vos données personnelles peuvent être utilisées conformément à la Politique de confidentialité de SAFI. Pour toute précision sur la collecte et le traitement de vos données personnelles, nous vous invitons donc à consulter la notice Politique de Confidentialité.
Conformément au Règlement Européen pour la protection des données personnelles (UE) 2016/679 – RGPD et, autres loi de protection des données, vous bénéficiez d'un droit d'accès, d'opposition, d'effacement et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en contactant SAFI à l'adresse e‐ mail suivante : exercervosdroits@safisalons.fr

Voir plus

Merci ! Et à bientôt dans votre boîte mail