Green River Project

Rising Talent - Septembre 2019

Hall 6

« … considérer chaque matériau aussi démocratiquement que possible »

Après avoir fondé il y a cinq ans une galerie qui doit son nom à son emplacement – au bord de la Green River à Hillsdale, une ville de l’État de New York – Ben Bloomstein, 31 ans, qui y a passé son enfance, et Aaron Aujla, 32 ans, originaire de Victoria en Colombie-Britannique, se sont finalement installés à Brooklyn tout en con-servant le même nom pour leur nouvel espace artistique et galerie de design : Green River Project. Formé aux beaux-arts, le duo réalise du mobilier et des équipements sur mesure pour l’architecture d’intérieur d’une clientèle privée. Les deux designers conçoivent également leurs propres créations, au rythme ambitieux de quatre collections par an, qu’ils exposent à la vente au sein d’une galerie située dans l’East Village à Manhattan.
 

Vous avez tous deux fait vos débuts dans le monde de l’art : Ben, vous étiez l’assistant de Robert Gober, et Aaron, celui de Nate Lowman. Qu’est-ce qui vous a fait prendre la voie du design ?

Aaron Aujla : Cela m’amusait. J’imaginais des intérieurs et Ben réalisait des sculptures en lien avec le corps. Il faut croire que nous avons toujours été attirés par la création de choses qui aient une véritable utilité. Et puis, on voulait tout simplement changer de métier.

Comment procédez-vous pour créer vos thèmes annuels ?

Aaron Aujla : Notre approche du design repose sur un travail de recherches. Généralement, Ben et moi commençons l’année en nous mettant autour d’une table où nous répartissons les quatre collections. Pour Bamboo, nous avons puisé dans l’histoire de ma famille en Inde, et les techniques artisanales utilisées dans les années 1960 à l’époque ou Jeanneret et Le Corbusier y séjournaient pour un projet. J’ai un oncle qui vit toujours à Chandigarh. Nous nous sommes rendus en Inde où nous avons trouvé des photographies dont nous nous sommes inspirés pour reproduire les méthodes de fabrication de mobilier en bambou sans clou ni vis.

Quels sont vos projets à venir ?

Aaron Aujla : Nous envisageons de créer une collection sur la communauté religieuse des Shakers et sur l’enfance de Ben dans l’État de New York.
Ben Bloomstein : Dans ma prime enfance, ma famille appartenait à une communauté soufie installée dans un ancien village Shaker. Nous réfléchissons à des collections inspirées de l’univers métissé que les Shakers ont façonné.

Restez informé

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez les nouveautés et l’actualité qui vous intéressent.

En poursuivant sur notre site, vous acceptez le fait que MAISON&OBJET utilise des cookies visant à optimiser la qualité de votre visite.
Pour plus d'informations, cliquez ici.