VOYAGES, VOYAGES

Le design se vit à l’échelle planétaire, les design weeks sont internationales. Petit voyage en Estonie, au Danemark, au Brésil…

Cette année l’Estonie célèbre son centenaire, l’occasion de célébrer l’événement à Paris, dans le Marais et d’engager encore plus les visiteurs à venir explorer des territoires nordiques qui aussi ont participé à la construction du design. Minimalisme et matériaux naturels, clarté des formes et fonctionnalisme ascétique s’exposent à la Galerie Résidence, rue de Bretagne dans le Haut Marais. Nid, la plateforme pour designers estoniens et finnois, nordique et baltique, participe pour la troisième fois à Paris Design Week avec l’ambition de faire connaître une culture durable. Nid a lancé sa boutique en ligne. Champignons, pièces de monnaie ou éponges, Nid crée à partir de tout et de rien pour faire mieux. L’upcycling semble intrinsèque à l’Estonie qui capitalise sur les technologies contemporaines et les savoir-faire anciens. Vernissage le 8 septembre.

Galerie Chastel Maréchal

Galerie Chastel Maréchal

La Maison du Danemark sur les Champs-Elysées n’est pas en reste et profite de Paris Design Week pour mettre en avant les Copenhagen Creatives du 7 septembre au 7 octobre.

Vernissage le 10 septembre pour découvrir huit jeunes personnalités créatives qui bousculent les frontières entre réalités virtuelles, technologie, art et animation numérique. Parmi elles, Mikas Emil, (architecture, sculpture, graphisme), Foo Skou (son, visuels), Carl Krull (graphisme, virtual reality), Makropol (installation digitale) et Im a kombo (événement, gastronomie). Mais aussi de la musique avec des concerts, des coulisses de films, et la plateforme Fan Out réalisée par la franco-danoise, Sabine Poupel qui mélange jeunes talents et designers établis.

Galerie Chastel Maréchal

Galerie Chastel Maréchal

Rue Bonaparte, la galerie Chastel Maréchal invite à la découverte de la Modernité du design brésilien de 1950 à 1980. Une sélection de 25 pièces rares rachetée auprès de collections privées ou des studios des architectes et designers mêmes. Trois années de recherche ont été nécessaires pour constituer cette collection qui fait usage de bois locaux, bois exotiques tels que le jacaranda, le vinhatico ou le pequi. Joaquim Tenreiro, Carlo Hauner, Martin Eisler et Jorge Zalszupin sont des noms à retenir. Ils ont associé le bois local et naturel à des matériaux industriels comme le métal ou le béton pour assoir les bases d’un mobilier brésilien moderne. Par amour du Brésil, Aline Chastel a choisi de présenter dans la Galerie Chastel Maréchal le mobilier brésilien du XXème siècle. Un mobilier rare.

Restez informé

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez les nouveautés et l’actualité qui vous intéressent.

En poursuivant sur notre site, vous acceptez le fait que MAISON&OBJET utilise des cookies visant à optimiser la qualité de votre visite.
Pour plus d'informations, cliquez ici.